Standort in Deutschland, wo man günstige und qualitativ hochwertige Kamagra Ohne Rezept Lieferung in jedem Teil der Welt zu kaufen.

Wenn das Problem der Verringerung der Potenz berührt mich persönlich war ich schockiert, dass das passiert gerade mit mir levitra Übrigens jeder leisten und gibt eine sofortige Wirkung ohne Hausarbeiten Anwendungen.

Sclérose en plaque

Définition (1)
Affection neurologique déficitaire chronique la plus fréquente de l’adulte jeune Démyélinisation inflammatoire sélective et chronique du SNC Sclérose en plaque
Lésion mise en évidence à l’IRM = « plaques » disséminées dans la substance blanche du SNC Siège électif au contact du LCR, mais aussi en plein parenchyme Étude anatomopathologique : dissociation myélino-axonique Janvier 2007
Épidémiologie et étiologie (1)
Épidémiologie et étiologie (2)
Épidémiologie
Théorie étiopathogénique
Prévalence = 1 / 1000 (60 000 cas en France)
– Théorie infectieuse : pas de confirmation virale … – Début moyen à 30 ans (10 % avant 20 ans, 20 % après 40 ans)
– Théorie auto-immune : antigène cible supposé de nature myélinique – Prédominance féminine (2/3)
Théorie mixte : voie finale commune
Facteurs exogènes
• Conséquence lointaine d’agressions infectieuses – Distribution géographique Nord – Sud • Chez un sujet génétiquement prédisposé • D’où destruction immunologique spécifique alors que l’agent infectieux a été – Migration de populations : 15 premières années de la vie Facteurs endogènes
– Race : blanche +++, noire, asiatique (exceptionnel) – Familles : fratrie (RR = 20), 6% de formes familiales Intermédiaire immunologique
– Perturbation de l’immunité humorale (IgG, BOC) – Perturbation de l’immunité cellulaire (infiltration cellulaire) Sémiologie clinique (1)
Sémiologie clinique (2)
Sémiologie très variée : multifocalité des lésions de la SB
Sémiologie sensitive
Grande fréquence des troubles sensitifs subjectifs
Sémiologie motrice
Paresthésies +++
– Distribution très variée : monoparésie, paraparésie, hémiparésie – Sensations d’eau chaude et froide coulant sur le corps – Grande fréquence des troubles de la marche (périmètre de marche +++) – Impression d’engainement dans un corset, sensation de peau cartonnée – Examen analytique : précise les différents syndromes • Dysesthésies ++
Syndrome pyramidal ++
– Hypertonie spastique (en flexion aux MS et en extension aux MI) – Contracture musculaire (hypertonie pyramidale) – Trépidation épileptoïde des pieds, hyperréflectivité ostéotendineuse – Retentissement rhumatologique (lombalgies, sciatalgies) – Déficits objectifs de la sensibilité souvent réduits
• Prédomine sur la sensibilité lemniscale riche en myéline • Sensibilité thermique et douloureuse plutôt épargnée Sémiologie clinique (3)
Sémiologie clinique (4)
Troubles sphinctériens et sexuels
Signes d’atteinte du tronc cérébral
Précocité des troubles du contrôle urinaire - association fréquente
Troubles de l’oculomotricité : diplopie fréquente :
• Mictions impérieuses et fréquentes (pollakiurie) • Dysurie avec impression de mauvaise vidange vésicale – Ophtalmoplégie inter-nucléaire ++ (souvent incomplète et bilatérale) – Souffrance dans le territoire trigéminal
– Avec retentissement possible sur le haut appareil urinaire – Paralysie faciale centrale ou périphérique
Vertiges très fréquents (central ou périphérique)
Dysarthrie très fréquente : étiologie souvent mixte (paralysie faciale, syndrome
Névrite optique rétro-bulbaire (NORB)
Souffrance du nerf optique en arrière du globe oculaire
Troubles mentaux
Troubles thymiques : essentiellement syndrome dépressif +++
Troubles cognitifs fréquents
• BAV (prédominant sur la vision centrale et para-centrale) • Parfois dès le début de la maladie, souvent subtils (troubles de l’attention, de la mémorisation, perte du dynamisme intellectuel) • FO le plus souvent normal (dyschromatopsie) • Évolution vers une détérioration intellectuelle ± sévère • DPAR : déficit pupillaire afférent relatif • État démentiel habituel aux stades ultimes de la maladie Sémiologie clinique (5)
Diagnostic positif
Autres signes
Aucun test diagnostic n’est spécifique de la SEP +++
Asthénie physique +++
Le diagnostic repose sur 4 critères de confirmation :
Manifestations paroxystiques
Absence de syndrome inflammatoire systémique
• Crises tonico-cloniques des membres inférieurs – Dissémination dans le temps des lésions
Au moins 2 poussées à 1 mois d’intervalle • Signes de Lhermitte et névralgies (notamment trigéminale) – Dissémination dans l’espace des lésions
Phénomène d’Uhthoff : aggravation ou réapparition de signes à la chaleur
ou lors d’un simple effort physique soutenu • Clinique : atteinte du nerf optique et du névraxe Absence de certains signes
• Potentiels évoqués : PEV ++, les autres … – La SEP ne rend ni sourd ni aveugle
Inflammation chronique du SNC par analyse du LCR
Pas d’hémianopsie latérale homonyme
Pléiocytose modérée (5 – 50 éléments / mm3)
• Formule leucocytaire : cellules mononuclées (dont plasmocytes) – Respect habituel du système nerveux périphérique
Sécrétion intrathécale d’IgG (index IgG > 0,70)
Respect habituel du cortex cérébral : rareté de l’aphasie, de l’apraxie et
Distribution oligoclonale des IgG
Diagnostic différentiel (1)
Diagnostic différentiel (2)
Sémiologie minime : forme pseudo-névropathique de SEP
Sémiologie diffuse ou multifocale
Affections non inflammatoires
Sémiologie monofocale : explorations complémentaires susceptibles de
Intoxication alcoolique chronique
révéler une lésion locale de nature différente : IRM +++
Avitaminoses
Hérédo-dégénéresences spino-cérébelleuses (maladie de Friedreich, maladie
Tableau médullaire
Causes chirurgicales : compression médullaire
Pathologie cérébro-vasculaire (athéromateuse, CADASIL)
Causes médicales : SLA, syringomyélie, SCM, HTLV-1
Affections inflammatoires chroniques non infectieuses
Angiome médullaire exceptionnel et trompeur : IRM et angiographie
Uvéo-névraxite du type maladie de Behçet
Sarcoïdose, syndrome de Gougerot-Sjögren
Tableau d’atteinte de la fosse cérébrale postérieure
Vascularites et connectivites (LEAD, PAN …)
Infections neurotropes chroniques
Neuro-syphilis
Tableau de neuropathie optique rétrobulbaire
Maladie de Lyme
Compression locale : ORL, orbitaire, ostéoméningé, artériel, hypophysaire
Causes médicales nombreuses : toxiques (alcool, tabac), médicaments (INH,
chloroquine, ETH …), métaboliques (diabète …), génétiques (Leber …), • HTLV-1 (paraparésie spastique tropicale)
Maladie de Whipple (Trophyrema whippeli)
Diagnostic différentiel (3)
Évolution et pronostic
Autres affections démyélinisantes inflammatoires sélectives et
Le début
chroniques du SNC :
Début par une poussée (85 %) : installation des symptômes en qq heures
PESS (Panencéphalite Subaiguë Sclérosante de Van Bogaert)
ou jours, stabilisation puis régression complète ou non • LEMP (virus JC, contexte ID)
Une poussée : symptômes d’au moins 24 heures, délai d’1 mois – Autres affections démyélinisantes non inflammatoires
Début progressif d’emblée (15 %)
Adrénomyéloneuropathie (forme adulte de l’adrénoleucodystrophie)
Évolution ultérieure
Leucodystrophie métachromatique
Forme rémittente : succession de poussées (1 toutes les 2 ans) et de
Maladies qui se situent à la frontière avec la SEP
Encéphalomyélite aiguë disséminée (post-virale, post-vaccinale)
Forme d’emblée progressive : marquée par la progression des
Maladie de Schilder chez l’enfant
symptômes sur plus de 6 mois ± poussées surajoutées • Sclérose concentrique de Balo
Forme secondairement progressives (50 % après 15 ans d’évolution)
Neuro-optico-myélite de Devic
Pronostic
Marche perturbée au bout de 8 ans d’évolution
Canne au terme de 18 ans d’évolution
Fauteuil roulant au terme de 30 ans d’évolution
Tous les intermédiaires existent (1/3 de forme bénignes …)
Traitement (1)
Traitement (2)
Traitement des poussées
Troubles urinaires +++
• Détection clinique, échographique (RPM), ECBU et BUD – Flash de corticoïdes à hautes doses (1 g) • Hyperactivité vésicale : anticholinergiques (DITROPAN) • Troubles de la vidange vésicale : alpha-bloquants (XATRAL) – Corticothérapie orale pour les poussées peu sévères ? • Voire chirurgie urologiques dans les cas sévères Traitement de fond
Asthénie
• Détection d’un syndrome dépressif et traitement – Immunosupresseurs (formes sévères et évolutives) (ELSEP, ENDOXAN) – Place du natalizumab : perfusion mensuelle, arrive en 2007 … – Kinésithérapie +++ pour le maintien de la fonction motrice
• Utilisation des possibilités restantes • Mise en place des stratégies de compensation Traitements symptomatiques +++
• Lutte contre les complications de l’immobilisation – Spasticité : LIORESAL, DANTRIUM, BZD
Soutien psychologique
Tremblements : BZD, AVLOCARDYL, MYSOLINE
Aides médico-sociales (aménagement du poste de travail …)
Douleurs et dysesthésies : antalgiques classiques, ADT
Manifestations paroxystiques : TEGRETOL, NEURONTIN

Source: http://gwenr.free.fr/SITE/neuro/neuro_ch_14b.pdf

Mgrem1-ti04hun.fm

MGREM1-TI04hun.fm Page 1 Monday, February 19, 2007 12:57 PMOmnia protokolt használó rádiós vevõknél Omnia módba kell állítani. Alapértelmezetten, a távirányító Magellan távirányító, háttérvilágítással Para configurar el moA mûködési mód beállításához, másodpercig. Ha a távirányító LEDje egyet villan, Magellan módban van. Ha kétszer

Label

NDA 19-537/S-070, NDA 19-847/S-044, NDA 19-857/S-051 NDA 20-780/S-028, NDA 21-473/S-025 Page 6 MEDICATION GUIDE CIPRO® (Sip-row) (ciprofloxacin hydrochloride) CIPRO® (Sip-row) (ciprofloxacin) ORAL SUSPENSION CIPRO® XR (Sip-row) (ciprofloxacin extended-release tablets) CIPRO® I.V. (Sip-row) (ciprofloxacin) For Intravenous Infusion Read the Medication Guide that com

Copyright © 2010-2014 Internet pdf articles